FICHE TECHNIQUE - LATIL TAR

Tracteur LATIL type TAR. 50 chevaux. Quatre roues motrices et directrices (1913 - 1922)
Effort de traction aux jantes en première vitesse (2,500 km/h) : 3.750 kilogrammes permettant de remorquer un train de :
- 20 tonnes sur une rampe de 15 %
- 25 tonnes sur une rampe de 12 %
- 35 tonnes sur une rampe de 8 %

Poids mort avec carrosserie, conducteur, rechange et approvisionnement : 5.000 kilogrammes.
Le tracteur, pour utiliser son effort de traction maximum sur bon terrain, doit être chargé de 2000 kg.
Par sa force de démultiplication, il est particulièrement désigné pour les services de l'artillerie.
La hauteur au-dessus du sol des organes les plus bas dépasse 0,45 m.

MOTEUR : 4 cylindres monobloc, 120 x 160 ; graissage par barbotage avec niveau constant, refroidissement par thermosiphon avec radiateur circulaire à ventilateur central.

EMBRAYAGE : Cône cuir inversé.

CHANGEMENT DE VITESSES : Boîte à cinq vitesses et marche arrière. La quatrième en prise directe. L'arbre du baladeur porte une vis attaquant la couronne du différentiel intéressant les roues avant. En bout, il actionne un cardan qui va attaquer le différentiel arrière.

BLOC : L'ensemble moteur, embrayage, changement de vitesses et différentiel avant forme un seul bloc, relié au châssis par trois points : une rotule à l'avant, deux pattes à ressort à l'arrière. Ce bloc est donc pratiquement indéformable.

TRANSMISSION AUX ROUES : La transmission aux roues se fait par des cardans latéraux qui terminent les arbres transverses des deux différentiels. Par une rotule dont le centre est sur l'axe du pivot de direction, le mouvement est transmis à la roue par l'intermédiaire d'une couronne droite et d'un pignon. Les différentiels peuvent être bloqués.

DIRECTION : La direction, par vis et écrou,commande les roues avant. Un arbre longitudinal transmet le même mouvement aux roues arrières et permet ainsi un virage rapide.
Diamètre minimum de virage : 8,50 mètres.

CHASSIS : Le châssis est en tôle emboutie de 200 mm de hauteur avec profil d'égale résistance.

ESSIEUX ET RESSORTS : Les essieux en acier doux estampés sont reliés au châssis par les ressorts. Les ressorts sont terminés par des chapes qui, s'engageant dans des supports spéciaux, leur permettent d'osciller par rapport au châssis. De cette façon, la marche en terrain varié est particulièrement favorisée.

FREINS : Le tracteur est muni de deux freins puissants. Le premier est monté sur le mécanisme. Le second freine simultanément et directement les quatre roues.

CABESTAN : Un arbre sortant de la boîte de vitesses actionne un cabestan placé à l'arrière et permet de développer un effort de traction de 1.250 kilos, avec une vitesse de 1,50 m à la seconde. Par l'intermédiaire d'un moufle, on peut ainsi haler des charges considérables et tirer le tracteur lui-même d'un mauvais pas.

CROCHET D'ATTELAGE : Ce crochet largement calculé est combiné avec un ressort donnant un attelage particulièrement souple, qui évite les à-coups des remorques.

ROUES : Les roues sont en acier coulé, et tournées pour permettre l'emploi de bandages caoutchoutés 1.200/110 jumelés. Les quatres roues sont interchangeables.

PRIX NET (sans bandages, ni carrosserie) : 35.000 francs (1913).